Fin octobre 2021, le groupe QBE communique son 5ème baromètre de la gestion des risques des PME et ETI françaises. L’information à retenir : plus de 9 répondants sur 10 sont confiants sur leurs perspectives de reprise économique à l’horizon 6 mois. Quels sont les récents risques émergents dans le contexte de crise sanitaire ? Comment les entreprises envisagent-elles la gestion de ces risques ? Réponses.

97 % soulignent l’émergence de risques directement liés à la crise du Covid-19

Peu le nient : la crise économique et sanitaire engendre de nouveaux risques pour le dirigeant de PME ou d’ETI.

– Un risque logistique craint par 54 % des sondés

Le risque majeur identifié : la pénurie des matières premières, a minima la hausse des prix. Une large majorité des dirigeants sondés craignent que le bouleversement du cycle de production induit par la pandémie influe sur leurs approvisionnements. Des produits alimentaires aux matériaux de construction, de nombreux secteurs d’activité sont touchés, et l’industrie dans une très large proportion. Si ce risque est avéré, les conséquences sont lourdes pour l’entreprise : désorganisation logistique, perte de croissance et d’opportunités, coûts impactant la rentabilité globale…

Ce risque est nouveau, absent lors du baromètre précédent. Les entreprises doivent donc travailler à le gérer.

Un risque organisationnel redouté par 44 % des entreprises

Les dirigeants sont inquiets concernant la mise en œuvre d’un protocole sanitaire pour leurs clients, allant jusqu’au pass sanitaire. La mouvance permanente des règles à appliquer pose problème, ainsi que les moyens financiers à déployer pour l’application des mesures. Les principaux impactés : les entreprises du secteur du commerce.

Si 59 % des dirigeants interrogés déclarent avoir dûment réorganisé leurs locaux – des mesures déjà amorcées en 2020 – il reste difficile de prédire les suites de la pandémie, qui plus est à l’annonce d’une 5ème vague. Le protocole sanitaire reste en outre plus facile à mettre en œuvre au bureau que dans les points de vente à forte affluence.

Le risque humain soulevé par 33 % des dirigeants

En 2020, le 4ème baromètre QBE-OpinionWay recensait déjà le risque humain, les dirigeants interrogés craignant majoritairement les arrêts maladie. En 2021, c’est le risque de troubles psychologiques qui arrive au 1er plan. Parmi les 60 % d’entreprises à avoir mis en place le télétravail, un tiers redoutent que l’impact apparaisse sur le plan de la santé mentale des salariés.

Si le télétravail est plébiscité par de nombreux salariés, les risques liés à l’isolement et à la nature de la cellule familiale ne peuvent être négligés. Au risque d’accumuler les arrêts maladie, mais aussi de faire baisser le niveau de bien-être au travail – et la productivité de l’entreprise.

Le risque financier semble déjà appartenir au passé

2020 : conséquence directe de la crise, le risque financier enregistre une forte hausse.

2021 : l’optimisme est de mise, les dirigeants de PME et d’ETI sont très majoritairement confiants en l’avenir.

2 risques financiers subsistent de manière visible : la crainte des défauts de paiements clients (30 % des sondés), le remboursement du PGE (pour 18 %).

9 dirigeants sur 10 prêts à rebondir : comment expliquer ce revirement alors que les effets de la crise se poursuivent ? Forts de l’expérience Covid-19, les entreprises ont pour 40 % investi dans une politique de gestion de crise. Si des zones d’interrogation persistent, l’ignorance n’est plus de mise : les petites et moyennes entreprises semblent prêtes à faire face.

Vous souhaitez plus d'informations ?

Nous pouvons vous apporter des solutions rapides et efficaces. N’hésitez pas à venir nous en parler !